Des systèmes pluri-technologiques

Description

Aujourd’hui, l’enseignement professionnel initial prend une part importante dans le système éducatif puisqu’un tiers des lycéens français sont désormais des lycéens professionnels. Son objectif est de former les élèves à un métier leur permettant de s’insérer dans la vie active.Cette formation initiale peut-être complétée par une formation supérieure courte en section de technicien supérieure (STS) ou en institut technologique universitaire (IUT).

La voie scolaire en Lycée Professionnel permet des parcours ascensionnels aux jeunes qui s’engagent dans leur formation.
Elle permet de répondre aux défis économiques et sociaux en formant les techniciens et citoyens que les entreprises recherchent.

 

Les objectifs sont :

  • Elever le niveau de qualification des jeunes.

  • Répondre au marché du travail.

  • Réduire le nombre de jeunes quittant le système scolaire sans diplômes.

  • Faciliter la poursuite d’études supérieures.

La rénovation de la voie professionnelle initiée en 2009 (BAC PRO en trois ans) a profondément modifié la dynamique de l’enseignement professionnel.

Une nette élévation du niveau des qualifications
Depuis 2008, le nombre des élèves qui préparent un bac pro a plus que doublé.

Des poursuites d’études en progression du CAP au BTS
Un plus grand nombre d’élèves issus de CAP accèdent au BAC PRO démontrant ainsi notre capacité à nous adapter et faire réussir tous les publics.
Le nombre de bacheliers professionnels inscrits en BTS par la voie scolaire A progressée de 80 % au cours des 10 dernières années.

 

Lycée des métiers : une assurance qualité

Le label lycée des métiers, délivré à l’établissement pour 5 ans atteste de la qualité et de l’attractivité de ses formations notamment dans les domaines suivants :

  • Optimisation des parcours de formation
  • Partenariats externes (région, monde professionnel, enseignement supérieur)
  • Lien avec les collèges et vie lycéenne
  • Formation tout au long de la vie (accueil d’adultes en formation, Validation d’acquis de l’expérience)

Les taux de réussite au BAC PRO sont régulièrement supérieurs à 80 %. Le Lycée Professionnel fait globalement réussir les élèves qui s’y engagent.

Il faut saluer ici l’engagement des équipes éducatives et pédagogiques qui apporte une plus-value et donne un sens au mot formation pour des élèves qui étaient pour la plupart en échec au collège.

Organisation de l'enseignement

La formation professionnelle scolaire comporte :

  • d’une part les enseignements généraux : français, histoire-géographie, mathématiques, sciences physiques et chimiques, langues(s) vivante(s), arts appliqués, éducation physique et sportive, un enseignement de « prévention, santé, environnement » ;

  • d’autre part, des enseignements technologiques et professionnels théoriques et pratiques, permettant d’acquérir les compétences et les connaissances spécifiques à chaque diplôme.

Les enseignements au lycée sont complétés par des périodes obligatoires de formation en milieu professionnel (22 semaines en baccalauréat professionnel sur les 3 ans de formation et 12 à 6 semaines sur deux ans en CAP).

Elle s’appuie sur une pédagogie spécifique  portant sur des démarches qui rendent les élèves actifs et acteurs de leur formation, des réalisations de projet et un accompagnement personnalisé.


 

Des diplômes construits avec l’entreprise

La création des diplômes professionnels émane des branches professionnelles qui font valoir des besoins en qualification liés aux évolutions technologiques et économiques.

Le référentiel des activités professionnelles constitue le socle et la marque de fabrique de tous les diplômes professionnels.

 

Les périodes de formation en milieu professionnel (PFMP)

Les PFMP se distinguent des périodes de stage parce qu’elles permettent l’acquisition de compétences et de connaissances apprises en établissement de formation, qui ne peuvent être mise en œuvre que dans des situations réelles de production.

Elles ont dès l’origine fait l’objet d’une évaluation dans le cadre d’une épreuve spécifique de l’examen, à laquelle sont associés les représentants de l’entreprise ou de la structure d’accueil.

 

L’évaluation par CCF

Le contrôle en cours de formation (CCF) est une modalité d’évaluation originale de l’enseignement professionnel.

Il est réalisé par les formateurs au moment où ils estiment que les candidats ont le niveau requis. Il s’intègre naturellement dans le processus de la formation.

Les situations d’évaluation peuvent donner lieu à des synthèses qui aident le candidat à se positionner et constituent pour lui un élément de motivation.

 

Filières